Guide complet de la formation d’aide soignante

Guide complet de la formation d'aide soignanteÀ la recherche d’un emploi ou désireux de faire une reconversion professionnelle, vous êtes une personne attentionnée et capable d’exercer un métier en rapport avec l’aide à la personne ; vous pouvez considérer le domaine du métier d’aide soignante.

Étant un secteur qui recrute, le métier d’aide soignante offre à un grand nombre de postulants une possibilité de profession stable et bien rémunérée.

Si vous voulez intégrer ce métier, vous devez réussir au concours d’aide soignant, suivre une formation et attendre la validation de cette dernière. Toutefois, les personnes ayant un certain niveau de connaissance sur le métier pourraient faire exceptions.

Qui peut faire la formation ?

La formation d’aide soignante est accordée à tous ceux qui réussissent au concours. La formation étant un premier aperçu du métier en question, il est nécessaire d’avoir certaines qualités pour pouvoir bien la suivre et l’apprécier.

Il est par exemple nécessaire de ne pas se laisser décourager par la vue des conditions d’hygiène critiques ou par la vue du sang. Il est indispensable d’avoir la capacité de prendre soin des personnes invalides peu importe l’état physique ou psychologique de ces dernières. Il est également nécessaire d’avoir un grand sens de la communication que ce soit à l’oral ou à l’écrit.

En outre, toutes les personnes qui ont acquis un certain niveau de connaissance dans le secteur médical et de l’aide à la personne peuvent suivre cette formation après avoir le concours oral. Pour ceux qui sont concernés par ce cas, il faudra donner des preuves concrètes aux expériences ou diplômes acquis de l’envoi des dossiers de concours.

Les personnes qui n’ont pas été validées après une formation peuvent refaire la formation, mais doivent repasser par un concours. Toutefois, le concours se limitera à l’épreuve orale dans ce cas de figure et le redoublant à la formation n’aura plus qu’à compléter les modules qu’il a ratés.

Comment postuler au concours ?

Pour pouvoir postuler au concours d’aide soignante, il faut être âgé de 17 ans au minimum au moment du concours. Il n’est pas nécessaire d’avoir un diplôme pour postuler au concours. Toutefois, si vous disposez d’un diplôme de niveau V ou autres, vous pouvez inclure ces diplômes à votre dossier de candidature au concours.

En général, les postulants ne disposant pas encore de diplôme et les postulants déjà diplômés constituent leurs dossiers de candidature au concours selon deux listes différentes classées liste 1 et liste 2. Cette façon de faire pourrait cependant différer suivant les instituts de formation.

Les postulants à la liste 1 doivent constituer leur dossier selon la liste qui suit :

  • Fiche d’inscription
  • Chèque d’inscription
  • Copie en recto-verso de la CIN, d’un passeport ou d’un titre de séjour valide.
  • Copie des derniers diplômes (non obligatoire)
  • Curriculum Vitae

Les postulants de la liste doivent quant à eux fournir les dossiers qui suivent :

  • Fiche d’inscription
  • Chèque d’inscription
  • Copie recto-verso de la CIN d’un passeport ou d’un titre de séjour valide.
  • Livret scolaire avec les appréciations des responsables de l’école.
  • Copie des diplômes
  • Lettre de motivation
  • Curriculum Vitae
  • Attestation de travail avec appréciations des supérieurs hiérarchiques

Comment préparer le concours ?

Pour préparer le concours d’entrée en formation d’aide soignante, vous devez surtout réviser le français (commentaire de texte), les mathématiques (opération numérique de base et conversion) et la science naturelle (biologie humaine). Vous devez également avoir une base solide de connaissance générale liée au domaine de la santé et de l’aide à la personne.

Donc, pour préparer le concours, vous pouvez faire vos révisions en vous basant sur vos anciens cahiers de leçon ou en faisant des recherches sur internet. Vous pourriez également trouver des sujets types sur certains sites internet. Outre, il existe des livres dédiés à la préparation des concours de formation professionnelle dans le domaine sanitaire que vous pourriez télécharger ou acheter en ligne. Vous pouvez également vous informer auprès des aides-soignants déjà en exercice pour en connaître plus sur tout le déroulement du concours comme sur les questions susceptibles d’être posées durant le concours.

Afin de mettre toutes les chances de votre côté, prenez plus d’un sujet type pour en faire l’analyse et pour vous exercer. Lisez ou écoutez les témoignages ainsi que les avis des personnes qui sont déjà dans le métier. À partir de l’ensemble des documentations, forgez vos idées sur ce que le métier vous inspire ; ceci vous sera utile pour la deuxième partie du concours.

Comment se passe le concours ?

Le concours pour entrer en formation d’aide soignante se déroule en deux parties. La première partie est une épreuve écrite et la deuxième partie est une épreuve orale. La première partie du concours est réservée aux questions connaissances générales incluant une épreuve de français, de mathématiques et de connaissance en biologie humaine. Cette première partie sera constituée de texte à commenter et d’une série de questions. La deuxième partie du concours se portera sur les connaissances du monde sanitaire et social, il sera question d’un petit exposé sur ce thème. L’oral sera également axé sur vos motivations et sur vos capacités à exercer le métier.

L’épreuve écrite est une épreuve d’admissibilité, seuls ceux qui réussissent à cette épreuve pourront passer l’épreuve orale. Pour cela, il faudra obtenir une note de 10/20 au minimum. L’épreuve orale est une épreuve d’admission à la formation. Il faudra également obtenir la moyenne pour que cette épreuve puisse être validée et donc avoir accès à la formation. Outre, les personnes ayant un diplôme de niveau V ainsi que celles qui concourent pour une validation des acquis peuvent être dispensées de la première partie du concours. Elles passent donc de suite à l’épreuve orale. Il vous est conseillé d’obtenir des notes minimums de 12/20 pour les deux épreuves pour assurer votre place.

Remarque : les postulants qui exercent en tant que professionnel de la santé peuvent être totalement dispensés des deux épreuves et pourront entrer en formation sous sélection de dossiers.

Que se passe-t-il après le concours ?

Après le concours, vous allez intégrer l’institut de formation d’aide soignante ou IFAS avec laquelle vous avez concouru. L’institut vous demandera des dossiers d’adhésion à la formation. Ces dossiers peuvent varier d’un institut à un autre. Cependant, il vous sera demandé un certificat médical qui attestera vos capacités physiques et psychologiques à exercer le métier. Vous devriez également vous faire vacciner selon les règles en vigueur dans tous les secteurs professionnels. Pour tous les personnels de la santé, il faudra les vaccins obligatoires ainsi que les vaccins recommandés. Ces vaccinations se font avant ou après le concours selon l’institut de formation.

Pour les vaccins obligatoires, nous avons : la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, l’hépatite B, la typhoïde et la tuberculose. Dans la catégorie des vaccins recommandés, nous pouvons citer : la coqueluche, la grippe, l’hépatite A, la leptospirose, la rage, la rougeole et la varicelle. Attention, une contrindication vaccinale fera l’objet d’une inaptitude à exercer le métier ; c’est pour cela que certains instituts exigent les vaccinations avant le concours. Sachez que les règles de vaccinations sont très strictes pour le personnel médical, car les personnes travaillant dans le secteur sanitaire sont constamment exposées à différentes pathologies.

Comment intégrer la formation ?

Pour finaliser votre intégration dans une IFAS, vous devez compléter les dossiers d’adhésion demandés par l’institut en question. Une fois vos dossiers complets et votre carnet de vaccination bien en règle, vous pourriez intégrer la formation.

Votre intégration à une formation vous demandera une grande disponibilité, une grande capacité physique et psychologique à suivre les différents modules proposés ainsi qu’une possibilité financière qui dépendra de votre institut d’accueil.

Pour mieux intégrer la formation, renseignez-vous au préalable sur les différents frais à payer durant la formation, sur la durée de la formation et sur les modules à acquérir. Si vous êtes avisé en avance sur ces différents aspects de la formation, vous pourriez suivre vos études en toute sérénité.

La durée, le coût et les emplois du temps

Maintenant que vous avez une idée plus concrète de ce que vous devez faire avant le concours, pendant le concours et après le concours, nous allons voir de plus près les questions sur la durée, le coût et les modules de la formation.

La durée de la formation

La formation d’aide soignante se déroule en une année scolaire. Durant l’année scolaire, il y aura les cours à suivre en institut et les stages à faire en entreprise. Généralement, la formation se fait pendant dix mois. Il est possible de suivre la formation d’une manière décalée, mais dans ce cas de figure, il ne faudra pas faire trainer la formation pendant deux ans. Si vous êtes totalement investi dans la formation, vous pourriez suivre ces dix mois en continu sans difficulté, car il vous sera demandé 35 h de formation par semaine. Ces dix mois seront divisés en deux parties : la formation théorique qui se fera en 600 h et les stages qui se feront en 840 h.

Le coût et les financements

Il vous est possible d’obtenir une scolarisation gratuite si vous intégrez un institut de centre hospitalier universitaire ou u institut d’assistance publique ou d’hôpitaux publics ou encore un lycée professionnel. Cependant, vous auriez toujours à payer les frais d’inscription. Si vous êtes étudiant, vous pouvez demander une bourse à l’Éducation Nationale, et ce, selon votre situation sociale et selon les revenus de vos parents si vous êtes toujours à leur charge financièrement parlant.

Pour ce qui est des formations payantes, dépendant de l’IFAS le coût d’une formation peut aller de 500 à 4000 €. Ces formations payantes sont proposées par les écoles des centres hospitaliers publics ou privés, les instituts de la Croix-Rouge et les écoles privées. Les professionnels qui doivent suivre une formation en continu doivent également adhérer à une formation payante dont les coûts seront à la charge de l’employeur. Durant la formation, le professionnel touche toujours à son salaire mensuel.

Les admis qui désirent avoir un financement pour leur formation peuvent s’adresser au Conseil régional, à Pôle Emploi, aux institutions philanthropes ainsi qu’à l’Agence Régional de Santé. Bien évidemment, l’octroi d’un financement se fera sur sélection de dossiers. Pour ce qui est de pôle emploi, les postulants au financement doivent être des demandeurs d’emploi.

Les modules à suivre

Comme nous l’avons mentionné auparavant, la formation se déroule deux parties : la partie théorique et les stages. La partie théorique de la formation est composée de huit modules qui sont :

  • L’accompagnement des patients dans leur quotidien.
  • Le suivi de l’état clinique des patients.
  • Les soins à donner aux patients.
  • L’ergonomie de l’aide soignant au travail.
  • Les aptitudes relationnelles et la communication écrite et orale.
  • Les règles d’hygiène des locaux hospitaliers et sanitaires.
  • La transmission des informations (communication interne et externe).
  • L’organisation au travail.

La partie pratique de la formation, donc les stages se font en six modules :

  • Stage auprès de personnes physiquement invalides ou âgées.
  • Stage en service chirurgie.
  • Stage en service de médecine.
  • Stage auprès de personnes psychologiquement instables.
  • Structure optionnelle
  • Secteur extra hospitalier.

Les apprentis aides-soignants sont évalués à la clôture de chaque module. Seule la validation de tous les modules et des stages permettra à l’élève aide-soignante d’intégrer le métier.

Le cas des professionnels et des diplômés

Les professionnels du domaine sanitaire et social et les diplômés de niveau V sont dispensés de certains modules ou sont même dispensés de formation après le concours ou validation de dossier. Les élèves aides-soignantes qui ont un diplôme d’AVS sont dispensés des modules 1, 4, 5 et 7 de la formation et les professionnels d’auxiliaire de puériculture ne suivent que les modules 1 et 3.

Les professionnels qui veulent faire une demande validation des acquis de l’expérience sont quant à eux sélectionnés après analyse de dossier. Une aide soignante en exercice qui demande une VAE pour l’obtention de son diplôme se fera convoquée par le jury après validation de son dossier. L’aide soignante devra suivre une formation de 70 h et faire une interview auprès du jury après cela.

Ce que l’on gagne après la formation

La validation de la formation d’aide soignante permet l’obtention d’un diplôme d’État d’aide soignante donc d’un diplôme de niveau V. Ce diplôme permettra à son détenteur d’accéder au métier en toute légalité et de penser à une évolution de carrière encore plus stable.

Sur un point de vue pratique, la formation permet à la future aide soignante de s’intégrer dans le domaine bien avant l’exercice légal du métier. Que ce soit au niveau de l’acquisition des connaissances comme au niveau de l’intégration auprès des collègues et futurs collègues, la suivie de la formation permet en effet à l’apprenti de vivre l’expérience même du métier.

Donc, après la formation d’aide soignante on gagne un accès légal à l’exercice du métier et on gagne une mise en situation au métier. La meilleure chose que l’on gagne après la formation reste cependant la possibilité d’intégrer de suite le métier et d’avoir une vraie stabilité professionnelle.

Que faire après la formation ?

Après avoir suivi la formation, avec le diplôme en poche, vous n’avez plus qu’à choisir la structure professionnelle qui vous aspire le plus. En effet, avec un diplôme d’aide soignante vous pouvez choisir de travailler dans un local hospitalier public ou privé, dans une clinique, une maternité, une maison de retraite, un centre pour enfants handicapés, ou encore dans le domicile d’un client physiquement ou mentalement invalide. Donc, restez à l’affut des offres d’emploi et n’hésitez pas à postuler par anticipation après l’obtention de votre diplôme d’aide soignante.

En outre, comme vous avez suivi des stages durant votre formation, vous auriez plus de chance si vous postulez auprès d’un établissement auprès duquel vous avez exercé en tant que stagiaire.si vous avez suivi votre formation au sein d’un institut ou d’une école de CHU vous pourriez également postuler auprès du local hospitalier concerné. Si vous ne parvenez pas à vous intégrer dans une institution, orientez les premiers mois de l’exercice du métier dans le domaine privé. Il vous est conseillé d’accomplir un exercice du travail d’une durée de 3 ans avant une orientation professionnelle.

Le métier d’aide soignante

L’aide soignante est un professionnel médical. Elle est en contact permanent avec les patients. Les premiers rôles de l’aide soignante sont :

  • Assistance des patients dans les activités physiques qu’ils ne peuvent pas accomplir (donner à manger, aider à marcher, etc.)
  • Surveillance et aide dans l’hygiène des patients.
  • Maintenance de l’hygiène du lieu d’exercice (chambre du patient)
  • Distribution des repas (petit déjeuner, déjeuner, goûter, diner).

Les aides soignantes doivent également être psychologiquement très disponibles pour les patients. Elles doivent accompagner les plus souffrants dans leur combat et accompagner les convalescents à aller encore mieux. L’aide soignante doit donc avoir une grande capacité de communication ainsi qu’une grande patience.

En outre, l’aide soignante doit aider les infirmiers et les docteurs dans différentes tâches. Elle doit donc être en mesure d’identifier rapidement les besoins des patients selon le cas de leur invalidité. L’aide soignante pourrait travailler à des heures très variées et elle reste debout la plupart du temps, il lui est donc indispensable d’avoir une bonne endurance physique et mentale.

Les avantages de ce métier

Le métier d’aide soignante est un métier d’avenir. Selon les statistiques, d’ici 2020, il y aura plus de 200 000 postes d’aide soignante à pourvoir en Europe. Ce secteur a donc l’avantage d’être non saturé et permet à un grand nombre de chômeurs de trouver une place dans le monde professionnel.

Comme il existe encore très peu d’aides soignantes pour tous les établissements médicaux et sociaux déjà existants actuellement, ce métier est classé parmi les métiers d’aide à la personne les plus stables. En plus, de la stabilité qu’il offre, le métier d’aide soignante permet de gagner un salaire mensuel assez correct.

Autres avantages du métier d’aide soignante :

  • Renforcement des capacités de communication
  • Acquisition de diverses connaissances dans le domaine médical
  • Possibilité de travailler individuellement

Les inconvénients du métier

Comme tous les métiers, celui de l’aide soignante a ses revers. En effet, ce métier pourrait présenter un danger à celui qui l’exerce si ce dernier ne suit pas à la lettre les règles de sécurité hygiénique en local hospitalier par exemple. Autre inconvénient,  certains patients pourraient rendre le métier assez difficile à cause de leur souffrance ou leurs exigences. Ce métier peut également être très exténuant, car il exige une grande endurance physique ; non seulement l’aide soignante restera debout la plupart du temps, mais elle aura aussi à soulever des charges certaines fois à l’exemple du brancard.

Les évolutions dans le métier

Malgré ses revers, mais sans oublier ses avantages, le métier d’aide soignante offre des possibilités d’évolution. Au niveau de l’évolution préférentielle, l’aide soignante peut passer plus facilement un concours pour devenir auxiliaire de puériculture, aide médico-psychologique, ambulancier, auxiliaire de vie sociale ou encore infirmier.

Cependant, une aide soignante qui n’a pas le bac doit exercer son métier pendant trois ans avant de pouvoir postuler au concours d’infirmier. Si l’aide soignante réussit au concours d’infirmier, elle aura par la suite la possibilité d’accéder à un métier plus spécialisé tel que cadre de santé infirmier, infirmière de puériculture, directeur des soins, etc.

Donc en choisissant le métier d’aide soignante vous choisissez d’acquérir plus de connaissances dans la profession médicale. Grâce à cela, vous pourriez espérer une évolution de carrière d’envergure correspondant à votre profil et gagner un salaire encore plus motivant.

À propos du salaire

Le salaire de l’aide soignante peut varier entre 1 352 € et 1 500 € par mois en début de carrière et 1 926 € à 2 000 € par mois en fin de carrière. Ces chiffres n’incluent pas les indemnités et les primes. Toutefois, la rémunération pourrait grandement dépendre de l’établissement auprès duquel l’aide soignant exerce son métier.